ART CRUSH // exposition éphémère // vernissage

6b2d1d_f6f092d411244078aad96765b7e9839d
Gabrielle Desrosiers

ART CRUSH // exposition éphémère // vernissage Public ·

Hosted by Art Crush
Friday at 7 PM – 12 AM
Oct 13 at 7 PM to Oct 14 at 12 AM

6814-a rue St-Hubert, Montreal, Quebec H2S 2M6

Advertisements

#FashionWeek 3 Uppermost Womenwears Fall 17 Paris #pfw ft. Alexander Mcqueen, Jacquemus, Galia Lahav

Here are some Womenswear collections that inspire me in Fall 2017 / Paris @FFCouture. You can see other collections on my Pinterest or on my #FashionWeek

Alexander Mcqueen Fall-Winter 2017 Paris Womenswear Catwalks


Jacquemus Fall-Winter 2017 Paris Womenswear Catwalks


Galia Lahav Fall-Winter 2017 Paris Haute Couture Catwalks

#ArtMTL Des souvenirs ambiants

Du jeudi 6 avril au samedi 6 mai, la galerie Parisian Laundry (3550 Saint-Antoine St W, Montreal, QC H4C 1A9) vous propose une exposition collective “Atmospheres of Form”.

Voici les 5 artistes de l’exposition :

An arc

Celia Perrin Sidarous (Montréal, QC) s’inspire des thèmes du désir, des techniques d’affichage ainsi qu’aux traditions des natures mortes et de l’assemblage. En 2016, son installation photographique Notte coralli a été à la Biennale de Montréal.


Erin Shirreff, Monograph (no. 1), detail, 2011, six archival pigment prints, each 86.4 cm x 116.8 cm, with fold

Erin Shirreff (New York, NY) travaille dans les domaines de la sculpture, de la photographie et de la vidéo. Ses œuvres étudient les manières dont ces médias se chevauchent, et l’espace entre les objets et leurs représentations. Originaire de Kelowna, en C.-B., elle a présenté des expositions à Fondazione Prada (Milan, Italie) ainsi qu’au Musée Solomon R. Guggenheim (New York, NY).


In 2013, at the suggestion of oceanographer Charles Moore, geologist Patricia Corcoran and artist Kelly Jazvac travelled to Kamilo Beach, Hawaii to study a new type of stone they have described as ‘Plastiglomerate.’ It consists of a mix of molten plastic debris and beach sediment, including sand, wood, and rock. Also of note is the origin of the plastic debris on Kamilo Beach: it mostly appears to be foreign to Hawaii. A co-authored manuscript of their findings, and related press, can be found here: http://www.geosociety.org/gsatoday/archive/24/6/article/i1052-5173-24-6-4.htm http://www.nytimes.com/2014/06/10/science/earth/future-fossils-plastic-stone.html?_r=0 Jazvac displays these samples as readymade objects alongside her other plastic-based artworks. Photo credit: Jeff Elstone

Kelly Jazvac (London, ON) est principalement connue pour ses œuvres de vinyle récupéré, qui s’inspirent de l’inorganique, de l’environnement et du langage publicitaire. Il a beaucoup attiré l’attention récemment en travaillant avec des plastiglomérats.


LUCY SKAER You, Me, You, You, Me, You, 2012 Salvaged mahogany, collected coins, tin, silkscreen Wood: each 13 x 8.25 x 2 in / 33 x 21 x 5 cm Tin: 9.75 x 6.5 x 1.5 in / 25 x 17 x 4 cm

Lucy Skaer (Glasgow, R.-U.) est une artiste multimédia qui étudie les liens entre les objets, la matérialité, la représentation et l’histoire. Ses œuvres ont été exposées au Metropolitan Museum of Art (New York, NY), au Tate Britain (Londres, R.-U.) ainsi qu’au Centre Georges Pompidou (Paris, France). En 2009, elle était en lice pour le prix Turner.


Rose Marcus at And Now / Dallas Rose Marcus at AND NOW Jan 22 – Feb 13, 2016 Imagine AND NOW 1415 Beaumont Street Dallas, Texas

Rose Marcus (New York, NY) saisit l’ambigüité de l’espace public dans ses photographies. Ses œuvres ont été exposées à la Night Gallery (Los Angeles, CA), à CANADA (New York, NY) et prochainement à l’ouverture de In the Abstract en mai 2017 à Mass MOCA (North Adams, MA).

#ArtMTL Vernissage – Fatine-Violette Sabiri ”Fivis”

Du mercredi 29 mars au samedi 29 avril, à la galerie Soon.tw (305 Bellechasse, Suite 101, H2S 1W9) présente la première exposition solo de Fatine-Violette Sabiri.

autoportrait avec filtre rouge
ophélie
anna

Fatine-Violette Sabiri est une artiste montréalaise d’origine marocaine qui vive et travaille comme artiste multidisciplinaire. Elle a travaillé en tant que photographe pour les publications en ligne et imprimées, à la fois commandée et autodirigée. Avec son partenaire de travail Gérald Lajoie-Restrepo, elle a développé deux collections de vêtements présentées par leurs propres lookbooks autoproduits.

Gérald et Fatine Spring / Summer 2017 (SS16) All clothes made by Gérald Lajoie-Restrepo and Fatine-Violette Sabiri.
Gérald et Fatine Spring / Summer 2017 (SS16) All clothes made by Gérald Lajoie-Restrepo and Fatine-Violette Sabiri.
Gérald et Fatine Spring / Summer 2017 (SS16) All clothes made by Gérald Lajoie-Restrepo and Fatine-Violette Sabiri.

#artMTL #LeFIFA L’art n’est rien sans ses histoires

Du jeudi 23 mars au dimanche 2 avril, le 35e Festival International du Film sur l’Art présente 25 premières canadiennes, 38 premières nord-américaines et 36 premières mondiales. 25 pays sont représentés et plus de 170 films seront projetés.

Voici nos 9 films incontournables de cette 35e édition :

AGATHA CHRISTIE CONTRE HERCULE POIROT : QUI A TUÉ ROGER ACKROYD ? de JEAN-CHRISTOPHE KLOTZ

The Murder of Roger Ackroyd (1926) est l’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie. Son dispositif original lui vaut sa notoriété : l’assassin est dissimulé sous le masque du narrateur lui-même. Les critiques de l’époque se sont insurgés contre ce procédé qu’ils jugeaient malhonnête, portant atteinte aux canons du roman policier. Quatre-vingts ans plus tard, Pierre Bayard, professeur de littérature et psychanalyste, revient sur ce roman pour en proposer une déconstruction. L’analyse du texte l’amène à se pencher sur le contexte de la publication et sur la vie privée de la grande et mystérieuse romancière. Bayard parvient finalement à une conclusion stupéfiante.


ARTISTES FEMMES, À LA FORCE DU PINCEAU de MANUELLE BLANC

De la Renaissance au début du XXe siècle, la documentariste Manelle Blanc retrace le parcours de neuf femmes peintres qui ont lutté pour accéder à la reconnaissance artistique. Grâce à leur ingéniosité et à leur courage, elles ont réussi tant bien que mal à gagner, de leur vivant, l’estime de leurs pairs. Mais quelle place ont-elles aujourd’hui dans l’histoire de l’art? C’est aussi la subjectivité du discours officiel qui est ici mis en lumière. Voyageant de tableau en tableau, à travers les époques et les styles, rassemblant les témoignages de plusieurs intervenants du milieu de l’art, ce documentaire extrêmement bien ficelé construit le récit d’une histoire méconnue qu’il est grand temps d’écrire : celle des femmes qui ont marqué le milieu de la peinture.


BEAUTY AND RUIN de MARC DE GUERRE

Détroit, jadis une ville prospère, est au bord de la faillite. Kevyn Orr, le gestionnaire d’urgence de la Ville, liquide les biens de la métropole du Michigan pour tenter d’en éponger les dettes. Avec ses tableaux de Van Gogh, Titian et Brueghel, la collection du Detroit Institute of Art (DIA) est l’une des plus grandes richesses de la ville et du pays entier. Le réalisateur canadien Marc de Guerre suit les déboires financiers de Détroit et la lutte pour sauver la collection du Detroit Institute of Art. Quelles sont les conséquences d’une faillite pour un grand centre urbain? Quels effets sur ces citoyens? Ce documentaire se penche sur cette question, explorant à travers l’art l’histoire d’une grande ville américaine qui est proche de s’éteindre.


DIÉGO VELAZQUEZ OU LE RÉALISME SAUVAGE de KARIM AINOUZ

L’œuvre de Diego Velázquez, pleine d’audace, marque une étape essentielle dans l’histoire de la peinture. Sans cesse à la recherche d’une vérité humaine à travers le traitement de la lumière et de l’espace, il est un documentariste avant la lettre. Dans son film, le réalisateur Karim Aïnouz part à la découverte de la singularité de ce peintre espagnol de l’époque baroque et permet de mesurer la révolution artistique et esthétique qu’a déclenchée Velázquez. Depuis la Vénus à son miroir jusqu’au Les Ménines, ce film aux images très soignées s’attache à recréer le lien émotionnel exceptionnel entre l’œuvre de Velázquez et le public, entre l’œil du peintre et celui du spectateur.


HERGÉ, À L’OMBRE DE TINTIN de HUGUES NANCY

Par une immersion dans l’univers de Tintin et une déconstruction du processus créatif du dessinateur belge, ce film de Hugues Nancy, produit à l’occasion de l’exposition Hergé au Grand Palais à Paris il y a quelques mois, retrace tout le parcours de Georges Remi, dit Hergé. Dans chacune des périodes de la vie d’Hergé, depuis son implication dans le mouvement scout lorsqu’il était jeune jusqu’à sa fascination pour l’art contemporain qu’il entretiendra longtemps, Tintin n’est jamais bien loin. Les témoignages des fans et des experts du personnage ainsi que les extraits d’entrevues avec Hergé permettent d’appréhender le phénomène Tintin, qui a fini par dépasser son créateur. On découvre un homme surdoué et acharné qui, à la fin de sa vie, se dessinait en prisonnier, enchaîné à sa table à dessin.


IN ART WE TRUST de BENOÎT ROSSEL

Dans ce documentaire, Benoît Rossel fait le portrait, avec une grande bienveillance et une pointe d’ironie, d’un métier mystérieux, aussi souvent sacralisé par les uns que dénigré et considéré comme une imposture par les autres. Il raconte le parcours d’artistes importants du monde occidental, comme Valérie Jouve, Julie Mehretu, Ayako David-Kawauchi, Lawrence Weiner, etc. En questionnant les ambitions, les doutes, les stratégies, les compromis, les vaches maigres et les années fastes d’artistes particuliers, mais emblématiques de l’ensemble d’une profession, ce film se fait une allégorie vivante, ludique et émouvante de la figure de l’artiste dans la société contemporaine.


JÉRÔME BOSCH, LE DIABLE AUX AILES D’ANGE de EVE RAMBOZ, NATHALIE PLICOT

L’année 2016 marquait les 500 ans de la mort du peintre néerlandais le plus célèbre : Jérôme Bosch. Contemporain de Léonard de Vinci, Bosch est à la croisée de l’héritage symbolique du Moyen Âge et de l’arrivée de l’humanisme issu de la Renaissance. Ses œuvres authentiques sont rares : 25 tableaux et huit dessins, répartis dans les plus grands musées du monde. Avec ce documentaire dans lequel nous entrons, grâce à l’animation, dans l’imaginaire de Bosch, les réalisatrices Eve Ramboz et Nathalie Plicot rendent un hommage sensible et poétique à ce peintre de génie. Avec des superbes effets visuels créés par Ramboz, les tableaux du peintre s’animent, déployant toute leur beauté et leur force. Le décryptage des œuvres lève le voile sur cet homme et sa pensée ainsi que sur sa relation avec l’Église et la science naissante.


L’OCÉAN ÉLECTRO de PHILIPPE ORREINDY

Un compositeur de musique électro rêve de se confronter aux éléments et à la tempête pour créer un album de musique complet. Romain Delahaye, dit Molécule, fait le pari de s’embarquer sur un chalutier pour un voyage de cinq semaines en haute mer. En quête de nouvelles inspirations, il installe un mini studio dans sa cabine et explore tous les recoins du bateau pour enregistrer ses bruits. Le capitaine du Joseph Roty II et son équipage s’inquiètent quant à eux de ne pas trouver de poisson dans les eaux glacées de la mer d’Irlande. Alors que les cales se remplissent de merlan bleu et qu’un album se dessine, le capitaine et le compositeur relatent le fil des jours dans leur journal. Dans L’océan électro Philippe Orreindy laisse ces deux regards sur l’océan s’entremêler.


MAGRITTE, LA TRAHISON DES IMAGES de SYLVAIN BERGÈRE

« Mes tableaux sont des pensées visibles », disait Magritte. Ce film fouillé du réalisateur Sylvain Bergère s’attache à la pensée d’un homme qui, parmi d’autres choses s’adonnait à la peinture. L’aventure surréaliste de Magritte commence en 1923, lorsqu’il rencontre une reproduction du Chant d’amour de Giorgio de Chirico. Pour la première fois, il a le sentiment d’être confronté à une image qui est directement branché sur la vie de l’esprit. Jusqu’à sa dernière œuvre, Magritte sera fidèle à ce choc fondateur. À l’occasion de la grande rétrospective organisée au Centre Pompidou, à Paris, à l’automne 2016, le réalisateur Sylvain Bergère dissèque cette œuvre foisonnante pour comprendre comment, à partir de symboles parfois très simples, le peintre belge a construit un langage pictural riche et pluriel.


#FashionWeek 3 Uppermost Womenswear Fall 2017 Milano #MFW ft. Aquilano.rimondi, Bottega Veneta, Versace

Here are some Womenswear collections that inspire me in Fall 2017 /Milano @cameramoda. You can see other collections on my Pinterest or on my #FashionWeek.

Aquilano.rimondi Fall-Winter 2017 Milan Womenswear Catwalks


Bottega Veneta Fall-Winter 2017 Milan Womenswear Catwalks


Versace Fall-Winter 2017 Milan Womenswear Catwalks

#ArtMTL Art Matters: Risque d’échec

Jusqu’au lundi 20 mars, la galerie Mainline (3905 St Laurent Blvd, Montreal, QC H2W 1X9) vous invite dans un espace éphémère et modulable. Risque d’échec souligne l’évolution constante du processus des artistes, de leurs recherches et de leurs œuvres. En se métamorphosant au cours des deux semaines d’exposition, le lieu qui vous est proposé questionne la finitude d’une œuvre d’art. Il met en avant l’expérimentation collective et laisse place au facteur d’erreur en encourageant une prise de risque publique. Ce terrain de jeu sollicite ainsi le dépassement de l’artiste vers une frontière instable, ou plus courante, et résultante d’un projet improvisé et social. L’art ici n’est pas seulement l’œuvre, ni l’artiste, mais leur cogitation et les traces de leur présence commune.

“Permutations” – Isabella Leone & Lucy Earle (Théâtre)

Artistes: Vicky Moe, Ariane Patenaude, Epithumia Rose, Laïla Mestari, Max Hart Barnwell, Sound of the Mountain, Isabella Leone & Lucy Earle, Aliah Schwartz (interpretation: Guillaume Loslier-Pinard)

Curators/Commissaires: Samuel Normand, Mathilde Rohr

Vernissage — Mar 15, 19h — 23h
Artistes au travail* — Mar 18, 13h — 17h
Exhibition — Mar 7 — Mar 20

#FashionWeek 3 Uppermost Womenswear Fall 2017 London #LFW ft. David Koma, Erdem, J.js Lee

Here are some Womenswear collections that inspire me in Fall 2017 /London @LondonFashionWk You can see other collections on Pinterest or here #FashionWeek

David Koma Fall-Winter 2017 London Womenswear Catwalks


Erdem Fall-Winter 2017 London Womenswear Catwalks


J.js Lee Fall-Winter 2017 London Womenswear Catwalks

#FashionWeek 3 Uppermost Womenswear Fall 2017 New York #NYFW ft. Delpozo, Leanne Marshall, Naeem Khan

Here are some Womenswear collections that inspire me in Fall 2017 / New York@nyfw. You can see other collections on a Pinterest or on #FashionWeek

Delpozo Fall-Winter 2017 New York Womenswear Catwalks


Leanne Marshall Fall-Winter 2017 New York Womenswear Catwalks


Naeem Khan Fall-Winter 2017 New York Womenswear Catwalks

#RVCQ2017 Les 9 films incontournables des Rendez-vous du cinéma québécois

Du mercredi 22 février au samedi 4 mars, les Rendez-vous du cinéma québécois vous proposent la plus grande diversité possible de genres et d’approches cinématographiques.

Les Rendez-vous du cinéma québécois s’avèrent depuis 35 ans une véritable pépinière de talents et un lieu de retrouvailles unique. Pendant 11 jours, quelque 400 artistes, artisans et professionnels de l’industrie se joindront aux cinéphiles et au grand public pour célébrer leur amour pour le cinéma d’ici. Avec une sélection de 340 films, dont 110 premières, et 30 activités gratuites invitant à la réflexion et à la fête, les RVCQ sont un acteur important dans le panorama cinématographique et festivalier québécois.

https://vimeo.com/202945206

Voici la liste des 9 films incontournable de cette 35e édition:

9 LE FILM de STÉPHANE E. ROY, LUC PICARD, RICARDO TROGI, JEAN-PHILIPPE DUVAL,  MICHELINE LANCTÔT, ERIK CANUEL, CLAUDE BRIE, MARC LABRÈCHE, ÉRIC TESSIER

Elles sont au nombre de neuf. Neuf situations, neuf tranches de vie où sont illustrés différemment, parfois en se croisant, les grands maux modernes que sont la solitude et l’incommunicabilité. Inspirés par la pièce de Stéphane E. Roy, Neuf variations sur le vide, les cinéastes Claude Brie (Banqueroute), Érik Canuel (Halte routière), Jean-Philippe Duval (Hystérie), Marc Labrèche (Le lecteur), Micheline Lanctôt (Je me souviens), Luc Picard (Subitement), Stéphane E. Roy (Abus), Éric Tessier (Eccéité) et Ricardo Trogi (Fuite) se sont en effet fait aller la satire pour mieux croquer nos travers contemporains. Une comédie à sketches tricotée serrée autour de personnages tous venus assister à la conférence du spécialiste de la «Communic-Action», Marc Gélinas, qui verra ses enseignements remis en cause lorsqu’il rencontrera lui-même le grand amour.


CHASSE-GALERIE : LA LÉGENDE de JEAN-PHILIPPE DUVAL

C’est le 31 décembre 1863 que Théodore succombe. Pour sauver la vie de sa femme en couches, il passe un pacte avec Jack Murphy. Pourtant, incapable de le supporter, il se jette du haut d’un canot volant pour que son âme échappe au diable. Mais vingt-cinq ans plus tard, à Lavaltrie, Jack Murphy refait son apparition dans le village où vit Liza, la fille de Théodore, et son amoureux Jos Lebel. Après qu’un incendie suspect ait détruit les récoltes, Lebel doit aller travailler dans une lointaine concession forestière… Pour son troisième long, Jean-Philippe Duval (Dédé à travers les brumes) plonge Caroline Dhavernas, Francis Ducharme et le maléfique François Papineau dans une légende québécoise du XIXe siècle qui souligne le courage des hommes et notre identité.


DÉSERTS de CHARLES-ANDRÉ CODERRE, YANN-MANUEL HERNANDEZ

Les dunes désertiques de Death Valley… La chaleur, la fièvre… Le mythe. C’est là qu’un homme en quête de vérité a décidé d’aller se perdre. Là aussi qu’une femme qu’il va croiser et qui partage sa passion pour la boxe va lui proposer de l’accompagner. Là encore que ces deux êtres esseulés et étranges vont entreprendre un voyage déstabilisant et extrême à l’intérieur d’eux-mêmes, entre chimères et réalité. Présenté au dernier Festival du nouveau cinéma, Déserts est la première réalisation du duo d’artistes Charles-André Coderre et Yann-Manuel Hernandez (Lucioles). Une magnifique expérimentation formelle en 16?mm où les paysages superbes et inquiétants de la Vallée de la mort font écho aux étendues non moins sauvages des âmes humaines au passé, présent et futur incertains


EMBRASSE-MOI COMME TU M’AIMES de ANDRÉ FORCIER

En 1940, alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage en Europe, on croise à Montréal un jeune homme qui désire s’enrôler, sa sœur jumelle infirme et obsédée de lui, une jeune femme soucieuse de trouver sa place, une famille tyrannisée par un père alcoolique, un curé aux relations illicites, un fils de patron prêt à tout pour conquérir sa belle, un ténor et son coach d’italien, etc. Car nous sommes chez André Forcier, dans une de ses galeries de personnages poétiques et singulières où se mêlent dans une danse fascinante l’intime et le collectif, le banal et l’extraordinaire. Primé à Québec et au Festival des films du monde, Embrasse-moi comme tu m’aimes compte sur Émile Schneider, Juliette Gosselin, Mylène Mackay, Céline Bonnier, Antoine Bertrand, Roy Dupuis et tant d’autres


HIBOU de RAMZY BÉDIA

Rocky serait parfaitement heureux si, contrairement à leurs habitudes, les autres remarquaient son existence. Mais la solitude de cet employé modèle et invisible d’un laboratoire pharmaceutique prend un autre tour lorsqu’un soir, en rentrant chez lui, il découvre un grand-duc dans son salon. Un nouveau compagnon au regard fixe qui lui fait alors prendre conscience qu’il doit agir. Déguisement de hibou géant sur le dos, Rocky reprend donc sa vie en main… sans plus d’effets, sauf un soir où, dans la rue, il rencontre une jeune femme déguisée en panda (pétillante Élodie Bouchez). Pour sa première réalisation, l’humoriste Ramzy Bédia s’installe dans les rues de Montréal et, en plus d’interpréter ce Rocky lunaire et dégingandé, signe un conte sentimental et fantaisiste aussi frais que décalé.


L’ORIGINE DES ESPÈCES de DOMINIC GOYER

David (solide Marc Paquet), architecte reconnu, père heureux, mari d’une femme superbe, a tout pour lui. Mais à 37 ans, sa vie et ses repères explosent en morceaux. Car David apprend que son père (Marc Béland) n’est pas son père biologique. Impossible pour lui d’en rester là. Il doit savoir d’où il vient, qui il est. Commence alors une enquête troublante qui le confrontera entre autres aux secrets d’Agathe (Élise Guilbault), sa mère, une artiste renommée. Après les courts Une robe blanche ou Notre nature, Dominic Goyer revisite le thème de la quête d’identité dans un premier long, empli de mystères et de démons, à l’atmosphère inquiétante et soignée, et dynamisé par de magnifiques et troublantes séquences animées signées Éléonore Goldberg.


LA REINE-GARÇON de MIKA KAURISMÄKI

Qui était la reine Kristina de Suède? Élevée comme si elle était un garçon par son père alors que la guerre de Trente Ans entre catholiques et protestants fait rage, elle est couronnée en 1650 et marque le XVIIe siècle en opposant une résistance farouche aux traditions conservatrices luthériennes en vigueur dans son pays. Femme libre et progressiste, elle refuse ainsi de se marier, préférant les femmes, en particulier la comtesse Ebba Sparre, et s’imprègne de la philosophie des Lumières en fréquentant notamment Descartes et Pascal. Construite autour de ce personnage fascinant, la pièce de théâtre signée Michel Marc Bouchard (Tomà la ferme) prend vie à l’écran, sous la houlette de l’inspiré Mika Kaurismäki, qui confie ce rôle complexe et vibrant à la déterminée Malin Buska.


THE SAVER de WIEBKE VON CAROLSFELD

Fern ne veut pas connaître le même destin tragique que sa mère. D’origine amérindienne, l’orpheline de 16 ans fuit les services de protection de la jeunesse et trouve refuge chez l’ancien employeur de sa mère, qui lui propose de la remplacer en tant que concierge d’immeuble. En plein hiver glacial, à Montréal, elle s’inspire aussi d’un livre d’épanouissement personnel trouvé par hasard pour échapper à sa condition et se dégote un second emploi dans un restaurant. Rapidement, l’énergie de tout mener à bien vient pourtant à manquer. Heureusement, son oncle Jack, qu’elle n’a pas vu depuis des années, lui prête main-forte. Pour son troisième long, Wiebke Von Carolsfeld adapte un roman pour jeunes adultes de Edeet Ravel et révèle le talent déterminé et attachant de la nouvelle venue Imajyn Cardinal.


WE’RE STILL TOGETHER de JESSE KLEIN

Chris est obèse. Intimidé par la bande de Jeremy, il vit avec son père célibataire et alcoolique en banlieue de Montréal. Mais une nuit, son triste destin prend une bifurcation inédite après sa rencontre avec Bobby, un trentenaire qui fait germer en lui l’idée de se venger de ses bourreaux. Durant toute la nuit, ces deux êtres perdus écumeront ensemble bars et fêtes, jusqu’à ce que Olivia, la fille de Bobby, les rejoigne aux premières heures du matin. Avec peu de moyens, Jesse Klein (Shadowboxing) signe un drame sensible et émouvant, notamment présenté au dernier festival de Karlovy Vary, où une caméra à l’épaule fébrile et dynamique capte et décortique avec finesse le lien étrange et chaleureux unissant ces deux hommes.