#artMTL #LeFIFA L’art n’est rien sans ses histoires

Du jeudi 23 mars au dimanche 2 avril, le 35e Festival International du Film sur l’Art présente 25 premières canadiennes, 38 premières nord-américaines et 36 premières mondiales. 25 pays sont représentés et plus de 170 films seront projetés.

Voici nos 9 films incontournables de cette 35e édition :

AGATHA CHRISTIE CONTRE HERCULE POIROT : QUI A TUÉ ROGER ACKROYD ? de JEAN-CHRISTOPHE KLOTZ

The Murder of Roger Ackroyd (1926) est l’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie. Son dispositif original lui vaut sa notoriété : l’assassin est dissimulé sous le masque du narrateur lui-même. Les critiques de l’époque se sont insurgés contre ce procédé qu’ils jugeaient malhonnête, portant atteinte aux canons du roman policier. Quatre-vingts ans plus tard, Pierre Bayard, professeur de littérature et psychanalyste, revient sur ce roman pour en proposer une déconstruction. L’analyse du texte l’amène à se pencher sur le contexte de la publication et sur la vie privée de la grande et mystérieuse romancière. Bayard parvient finalement à une conclusion stupéfiante.


ARTISTES FEMMES, À LA FORCE DU PINCEAU de MANUELLE BLANC

De la Renaissance au début du XXe siècle, la documentariste Manelle Blanc retrace le parcours de neuf femmes peintres qui ont lutté pour accéder à la reconnaissance artistique. Grâce à leur ingéniosité et à leur courage, elles ont réussi tant bien que mal à gagner, de leur vivant, l’estime de leurs pairs. Mais quelle place ont-elles aujourd’hui dans l’histoire de l’art? C’est aussi la subjectivité du discours officiel qui est ici mis en lumière. Voyageant de tableau en tableau, à travers les époques et les styles, rassemblant les témoignages de plusieurs intervenants du milieu de l’art, ce documentaire extrêmement bien ficelé construit le récit d’une histoire méconnue qu’il est grand temps d’écrire : celle des femmes qui ont marqué le milieu de la peinture.


BEAUTY AND RUIN de MARC DE GUERRE

Détroit, jadis une ville prospère, est au bord de la faillite. Kevyn Orr, le gestionnaire d’urgence de la Ville, liquide les biens de la métropole du Michigan pour tenter d’en éponger les dettes. Avec ses tableaux de Van Gogh, Titian et Brueghel, la collection du Detroit Institute of Art (DIA) est l’une des plus grandes richesses de la ville et du pays entier. Le réalisateur canadien Marc de Guerre suit les déboires financiers de Détroit et la lutte pour sauver la collection du Detroit Institute of Art. Quelles sont les conséquences d’une faillite pour un grand centre urbain? Quels effets sur ces citoyens? Ce documentaire se penche sur cette question, explorant à travers l’art l’histoire d’une grande ville américaine qui est proche de s’éteindre.


DIÉGO VELAZQUEZ OU LE RÉALISME SAUVAGE de KARIM AINOUZ

L’œuvre de Diego Velázquez, pleine d’audace, marque une étape essentielle dans l’histoire de la peinture. Sans cesse à la recherche d’une vérité humaine à travers le traitement de la lumière et de l’espace, il est un documentariste avant la lettre. Dans son film, le réalisateur Karim Aïnouz part à la découverte de la singularité de ce peintre espagnol de l’époque baroque et permet de mesurer la révolution artistique et esthétique qu’a déclenchée Velázquez. Depuis la Vénus à son miroir jusqu’au Les Ménines, ce film aux images très soignées s’attache à recréer le lien émotionnel exceptionnel entre l’œuvre de Velázquez et le public, entre l’œil du peintre et celui du spectateur.


HERGÉ, À L’OMBRE DE TINTIN de HUGUES NANCY

Par une immersion dans l’univers de Tintin et une déconstruction du processus créatif du dessinateur belge, ce film de Hugues Nancy, produit à l’occasion de l’exposition Hergé au Grand Palais à Paris il y a quelques mois, retrace tout le parcours de Georges Remi, dit Hergé. Dans chacune des périodes de la vie d’Hergé, depuis son implication dans le mouvement scout lorsqu’il était jeune jusqu’à sa fascination pour l’art contemporain qu’il entretiendra longtemps, Tintin n’est jamais bien loin. Les témoignages des fans et des experts du personnage ainsi que les extraits d’entrevues avec Hergé permettent d’appréhender le phénomène Tintin, qui a fini par dépasser son créateur. On découvre un homme surdoué et acharné qui, à la fin de sa vie, se dessinait en prisonnier, enchaîné à sa table à dessin.


IN ART WE TRUST de BENOÎT ROSSEL

Dans ce documentaire, Benoît Rossel fait le portrait, avec une grande bienveillance et une pointe d’ironie, d’un métier mystérieux, aussi souvent sacralisé par les uns que dénigré et considéré comme une imposture par les autres. Il raconte le parcours d’artistes importants du monde occidental, comme Valérie Jouve, Julie Mehretu, Ayako David-Kawauchi, Lawrence Weiner, etc. En questionnant les ambitions, les doutes, les stratégies, les compromis, les vaches maigres et les années fastes d’artistes particuliers, mais emblématiques de l’ensemble d’une profession, ce film se fait une allégorie vivante, ludique et émouvante de la figure de l’artiste dans la société contemporaine.


JÉRÔME BOSCH, LE DIABLE AUX AILES D’ANGE de EVE RAMBOZ, NATHALIE PLICOT

L’année 2016 marquait les 500 ans de la mort du peintre néerlandais le plus célèbre : Jérôme Bosch. Contemporain de Léonard de Vinci, Bosch est à la croisée de l’héritage symbolique du Moyen Âge et de l’arrivée de l’humanisme issu de la Renaissance. Ses œuvres authentiques sont rares : 25 tableaux et huit dessins, répartis dans les plus grands musées du monde. Avec ce documentaire dans lequel nous entrons, grâce à l’animation, dans l’imaginaire de Bosch, les réalisatrices Eve Ramboz et Nathalie Plicot rendent un hommage sensible et poétique à ce peintre de génie. Avec des superbes effets visuels créés par Ramboz, les tableaux du peintre s’animent, déployant toute leur beauté et leur force. Le décryptage des œuvres lève le voile sur cet homme et sa pensée ainsi que sur sa relation avec l’Église et la science naissante.


L’OCÉAN ÉLECTRO de PHILIPPE ORREINDY

Un compositeur de musique électro rêve de se confronter aux éléments et à la tempête pour créer un album de musique complet. Romain Delahaye, dit Molécule, fait le pari de s’embarquer sur un chalutier pour un voyage de cinq semaines en haute mer. En quête de nouvelles inspirations, il installe un mini studio dans sa cabine et explore tous les recoins du bateau pour enregistrer ses bruits. Le capitaine du Joseph Roty II et son équipage s’inquiètent quant à eux de ne pas trouver de poisson dans les eaux glacées de la mer d’Irlande. Alors que les cales se remplissent de merlan bleu et qu’un album se dessine, le capitaine et le compositeur relatent le fil des jours dans leur journal. Dans L’océan électro Philippe Orreindy laisse ces deux regards sur l’océan s’entremêler.


MAGRITTE, LA TRAHISON DES IMAGES de SYLVAIN BERGÈRE

« Mes tableaux sont des pensées visibles », disait Magritte. Ce film fouillé du réalisateur Sylvain Bergère s’attache à la pensée d’un homme qui, parmi d’autres choses s’adonnait à la peinture. L’aventure surréaliste de Magritte commence en 1923, lorsqu’il rencontre une reproduction du Chant d’amour de Giorgio de Chirico. Pour la première fois, il a le sentiment d’être confronté à une image qui est directement branché sur la vie de l’esprit. Jusqu’à sa dernière œuvre, Magritte sera fidèle à ce choc fondateur. À l’occasion de la grande rétrospective organisée au Centre Pompidou, à Paris, à l’automne 2016, le réalisateur Sylvain Bergère dissèque cette œuvre foisonnante pour comprendre comment, à partir de symboles parfois très simples, le peintre belge a construit un langage pictural riche et pluriel.


Advertisements

#RVCQ2017 Les 9 films incontournables des Rendez-vous du cinéma québécois

Du mercredi 22 février au samedi 4 mars, les Rendez-vous du cinéma québécois vous proposent la plus grande diversité possible de genres et d’approches cinématographiques.

Les Rendez-vous du cinéma québécois s’avèrent depuis 35 ans une véritable pépinière de talents et un lieu de retrouvailles unique. Pendant 11 jours, quelque 400 artistes, artisans et professionnels de l’industrie se joindront aux cinéphiles et au grand public pour célébrer leur amour pour le cinéma d’ici. Avec une sélection de 340 films, dont 110 premières, et 30 activités gratuites invitant à la réflexion et à la fête, les RVCQ sont un acteur important dans le panorama cinématographique et festivalier québécois.

https://vimeo.com/202945206

Voici la liste des 9 films incontournable de cette 35e édition:

9 LE FILM de STÉPHANE E. ROY, LUC PICARD, RICARDO TROGI, JEAN-PHILIPPE DUVAL,  MICHELINE LANCTÔT, ERIK CANUEL, CLAUDE BRIE, MARC LABRÈCHE, ÉRIC TESSIER

Elles sont au nombre de neuf. Neuf situations, neuf tranches de vie où sont illustrés différemment, parfois en se croisant, les grands maux modernes que sont la solitude et l’incommunicabilité. Inspirés par la pièce de Stéphane E. Roy, Neuf variations sur le vide, les cinéastes Claude Brie (Banqueroute), Érik Canuel (Halte routière), Jean-Philippe Duval (Hystérie), Marc Labrèche (Le lecteur), Micheline Lanctôt (Je me souviens), Luc Picard (Subitement), Stéphane E. Roy (Abus), Éric Tessier (Eccéité) et Ricardo Trogi (Fuite) se sont en effet fait aller la satire pour mieux croquer nos travers contemporains. Une comédie à sketches tricotée serrée autour de personnages tous venus assister à la conférence du spécialiste de la «Communic-Action», Marc Gélinas, qui verra ses enseignements remis en cause lorsqu’il rencontrera lui-même le grand amour.


CHASSE-GALERIE : LA LÉGENDE de JEAN-PHILIPPE DUVAL

C’est le 31 décembre 1863 que Théodore succombe. Pour sauver la vie de sa femme en couches, il passe un pacte avec Jack Murphy. Pourtant, incapable de le supporter, il se jette du haut d’un canot volant pour que son âme échappe au diable. Mais vingt-cinq ans plus tard, à Lavaltrie, Jack Murphy refait son apparition dans le village où vit Liza, la fille de Théodore, et son amoureux Jos Lebel. Après qu’un incendie suspect ait détruit les récoltes, Lebel doit aller travailler dans une lointaine concession forestière… Pour son troisième long, Jean-Philippe Duval (Dédé à travers les brumes) plonge Caroline Dhavernas, Francis Ducharme et le maléfique François Papineau dans une légende québécoise du XIXe siècle qui souligne le courage des hommes et notre identité.


DÉSERTS de CHARLES-ANDRÉ CODERRE, YANN-MANUEL HERNANDEZ

Les dunes désertiques de Death Valley… La chaleur, la fièvre… Le mythe. C’est là qu’un homme en quête de vérité a décidé d’aller se perdre. Là aussi qu’une femme qu’il va croiser et qui partage sa passion pour la boxe va lui proposer de l’accompagner. Là encore que ces deux êtres esseulés et étranges vont entreprendre un voyage déstabilisant et extrême à l’intérieur d’eux-mêmes, entre chimères et réalité. Présenté au dernier Festival du nouveau cinéma, Déserts est la première réalisation du duo d’artistes Charles-André Coderre et Yann-Manuel Hernandez (Lucioles). Une magnifique expérimentation formelle en 16?mm où les paysages superbes et inquiétants de la Vallée de la mort font écho aux étendues non moins sauvages des âmes humaines au passé, présent et futur incertains


EMBRASSE-MOI COMME TU M’AIMES de ANDRÉ FORCIER

En 1940, alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage en Europe, on croise à Montréal un jeune homme qui désire s’enrôler, sa sœur jumelle infirme et obsédée de lui, une jeune femme soucieuse de trouver sa place, une famille tyrannisée par un père alcoolique, un curé aux relations illicites, un fils de patron prêt à tout pour conquérir sa belle, un ténor et son coach d’italien, etc. Car nous sommes chez André Forcier, dans une de ses galeries de personnages poétiques et singulières où se mêlent dans une danse fascinante l’intime et le collectif, le banal et l’extraordinaire. Primé à Québec et au Festival des films du monde, Embrasse-moi comme tu m’aimes compte sur Émile Schneider, Juliette Gosselin, Mylène Mackay, Céline Bonnier, Antoine Bertrand, Roy Dupuis et tant d’autres


HIBOU de RAMZY BÉDIA

Rocky serait parfaitement heureux si, contrairement à leurs habitudes, les autres remarquaient son existence. Mais la solitude de cet employé modèle et invisible d’un laboratoire pharmaceutique prend un autre tour lorsqu’un soir, en rentrant chez lui, il découvre un grand-duc dans son salon. Un nouveau compagnon au regard fixe qui lui fait alors prendre conscience qu’il doit agir. Déguisement de hibou géant sur le dos, Rocky reprend donc sa vie en main… sans plus d’effets, sauf un soir où, dans la rue, il rencontre une jeune femme déguisée en panda (pétillante Élodie Bouchez). Pour sa première réalisation, l’humoriste Ramzy Bédia s’installe dans les rues de Montréal et, en plus d’interpréter ce Rocky lunaire et dégingandé, signe un conte sentimental et fantaisiste aussi frais que décalé.


L’ORIGINE DES ESPÈCES de DOMINIC GOYER

David (solide Marc Paquet), architecte reconnu, père heureux, mari d’une femme superbe, a tout pour lui. Mais à 37 ans, sa vie et ses repères explosent en morceaux. Car David apprend que son père (Marc Béland) n’est pas son père biologique. Impossible pour lui d’en rester là. Il doit savoir d’où il vient, qui il est. Commence alors une enquête troublante qui le confrontera entre autres aux secrets d’Agathe (Élise Guilbault), sa mère, une artiste renommée. Après les courts Une robe blanche ou Notre nature, Dominic Goyer revisite le thème de la quête d’identité dans un premier long, empli de mystères et de démons, à l’atmosphère inquiétante et soignée, et dynamisé par de magnifiques et troublantes séquences animées signées Éléonore Goldberg.


LA REINE-GARÇON de MIKA KAURISMÄKI

Qui était la reine Kristina de Suède? Élevée comme si elle était un garçon par son père alors que la guerre de Trente Ans entre catholiques et protestants fait rage, elle est couronnée en 1650 et marque le XVIIe siècle en opposant une résistance farouche aux traditions conservatrices luthériennes en vigueur dans son pays. Femme libre et progressiste, elle refuse ainsi de se marier, préférant les femmes, en particulier la comtesse Ebba Sparre, et s’imprègne de la philosophie des Lumières en fréquentant notamment Descartes et Pascal. Construite autour de ce personnage fascinant, la pièce de théâtre signée Michel Marc Bouchard (Tomà la ferme) prend vie à l’écran, sous la houlette de l’inspiré Mika Kaurismäki, qui confie ce rôle complexe et vibrant à la déterminée Malin Buska.


THE SAVER de WIEBKE VON CAROLSFELD

Fern ne veut pas connaître le même destin tragique que sa mère. D’origine amérindienne, l’orpheline de 16 ans fuit les services de protection de la jeunesse et trouve refuge chez l’ancien employeur de sa mère, qui lui propose de la remplacer en tant que concierge d’immeuble. En plein hiver glacial, à Montréal, elle s’inspire aussi d’un livre d’épanouissement personnel trouvé par hasard pour échapper à sa condition et se dégote un second emploi dans un restaurant. Rapidement, l’énergie de tout mener à bien vient pourtant à manquer. Heureusement, son oncle Jack, qu’elle n’a pas vu depuis des années, lui prête main-forte. Pour son troisième long, Wiebke Von Carolsfeld adapte un roman pour jeunes adultes de Edeet Ravel et révèle le talent déterminé et attachant de la nouvelle venue Imajyn Cardinal.


WE’RE STILL TOGETHER de JESSE KLEIN

Chris est obèse. Intimidé par la bande de Jeremy, il vit avec son père célibataire et alcoolique en banlieue de Montréal. Mais une nuit, son triste destin prend une bifurcation inédite après sa rencontre avec Bobby, un trentenaire qui fait germer en lui l’idée de se venger de ses bourreaux. Durant toute la nuit, ces deux êtres perdus écumeront ensemble bars et fêtes, jusqu’à ce que Olivia, la fille de Bobby, les rejoigne aux premières heures du matin. Avec peu de moyens, Jesse Klein (Shadowboxing) signe un drame sensible et émouvant, notamment présenté au dernier festival de Karlovy Vary, où une caméra à l’épaule fébrile et dynamique capte et décortique avec finesse le lien étrange et chaleureux unissant ces deux hommes.

#FashionFilm adidas Originals | ORIGINAL is never finished adidas Originals

“Nothing is original. Steal from anywhere that resonates with inspiration or fuels your imagination. Devour old films, new films, music, books, paintings, photographs, poems, dreams, random conversations, architecture, bridges, street signs, trees, clouds, bodies of water, light and shadows. Select only things to steal from that speak directly to your soul. If you do this, your work (and theft) will be authentic. Authenticity is invaluable; originality is non-existent. And don’t bother concealing your thievery – celebrate it if you feel like it. In any case, always remember what Jean-Luc Godard said: ‘It’s not where you take things from — it’s where you take them to.'” — Jim Jarmusch

Cast
Song: Remix of “My Way” by Frank Sinatra recreated by Human
Snoop Dogg in “Doggystyle”
Stormzy in “Trap Syrup”
Mabel in “Tunnel”
Kareem Abdul-Jabbar and Brandon Ingram in “Raining Basketballs”
Dej Loaf in “Inflated”
Dev Hynes in “Mirrors”
Gonz and Lucas Puig in “Lucas & The Gonz”
Petra Collins in “The Birth of Venus”

Client: Adidas Originals
General Manager: Arthur Hoeld
Global Vice President, Brand Communications: Alegra O’Hare
Global Director of Communications, Brand Marketing: Jenny Pham
Senior Manager Communications: Edi Borrelli
Senior Director, Global Brand Marketing Operations and Creative Shoot Production: John van Tuyll
Shoot and Production Manager: Justin Townsend

Agency: Johannes Leonardo
Chief Creative Officers: Jan Jacobs, Leo Premutico
Creative Director, Partner: Ferdinando Verderi
Creative Directors: Wesley Phelan, Matthew Edwards
Copywriter: Jeph Burton
Art Director: Hunter Hampton
Head of Integrated Production: Dana May
Executive Producer: Maria Perez
Senior Producers (Film): Tina Diep, Stine Moisen
Producer (Online Content): Doug Moffitt
Production Coordinator (Film, Online Content): Alexandra Olivo
Group Account Director: Sam McCallum
Account Director: Dom Dalton
Account Supervisor: Gulru Soylu
Head of Strategy: Mark Aronson
Strategist: Miné Cakmak
Senior Business Affairs Manager: Ann Marie Turbitt

Production Company: RSA Films
Director: Terence Neale
Executive Producers: Jules Daly, Paul Kawasaki
Producer: Rozanne Rocha-Gray
Director of Photography: Alexis Zabe
Production Company: Cape Town Egg Films
Executive Producer: Colin Howard
Producer: Rozanne Rocha-Gray
Editorial: Exile
Lead Editor: Shane Reid
Editors: Jay McConville, Travis Moore
Executive Producers: Sasha Hirschfeld, Carol Lynn Weaver
Head of Production: Melanie Gagliano
Visual Effects: Blacksmith
Visual Effects Supervisor, 2-D Lead: Iwan Zwarts
2-D Compositors: Daniel Morris, Liz Lyons
Rotoscoping: Trace VFX
3-D Lead Artist: Tom Bussell
3-D Artist: Ylli Orana
Executive Producer: Charlotte Arnold
Producer: Megan Sweet

Color: Company 3
Colorist: Tom Poole
Producer: Clare Movshon

Music: “My Way”
Writers: Claude Francois, Jacques Revaux, Gilles Thibaut, Paul Anka
Publisher: BMG
Master: Frank Sinatra, Universal Music Enterprise
Adidas Global Music Manager: Daniel Cross
Music: “Human Remix”
Creative Lead, Music Director: Morgan Visconti
Creative Lead, Sound Design: Michael Jurasits
Executive Producer: James Dean Wells
Composer, Arranger: James Leibow
Sound Design: Q Department
Executive Producer: Zack Rice
Producer: Guin Frehling
Sound Mix: Sonic Union
Sound Engineer: Steve Rosen
Executive Producer: Justine Cortale
Producer: Patrick Sullivan
Videographer (Cape Town): Deon van Zyl
Videographer (Los Angeles): Anton du Preez
Photographers: Hayden Phipps, Cape Town; Dan Regan and Atiba Jefferson, Los Angeles

Editors: Sean Dunn, Misha Spivack

#FilmMTL Projection de «Forgetting Vietnam» – un film de Trinh T. Minh-ha

Samedi, 18 février, à 18 h à l’auditorium Maxwell-Cummings du Musée des beaux-arts de Montréal (1380 Rue Sherbrooke O, Montréal, QC H3G 1J5), le Feminist Media Studio de l’Université Concordia et DHC/ART Fondation pour l’art contemporain présentent Forgetting Vietnam.

Tourné en vidéo Hi-8 en 1995, et en HD et SD en 2012, Forgetting Vietnam de Trinh T. Minh-ha se déploie spatialement, comme dialogue entre ces deux éléments – terre et eau – qui sous-tendent la formulation du terme đất nứớc (pays). Porteuses d’histoires des technologies visuelles et de la réalité politique vietnamienne, ces images mettent en scène la rencontre entre le passé, incarné par la terre ferme, et le présent, incarné par la fluidité de l’eau et des changements à l’ère de la mondialisation fulgurante. En dialogue avec ces deux éléments, il y a aussi un tiers espace, celui de la remémoration, où les habitants, émigrés, et anciens combattants se souviennent des histoires du passé, afin de porter un regard nouveau sur l’actualité. Par les yeux de ces témoins de l’une des plus polémiques des guerres qu’ont menées les États-Unis, le spectre du Vietnam, et ses contributions à l’histoire du monde demeurent à la fois présents, et faciles à reléguer aux oubliettes. Forgetting Vietnam aborde ce traumatisme planétaire en commémoration du 40e anniversaire de la fin de la guerre, et de ses survivants.

La projection du film sera suivie d’une période de questions avec la réalisatrice, modérée par Krista Geneviève Lynes et Monika Kin Gagnon, professeures en communication à Concordia et membres du Feminist Media Studio. Veuillez noter que le film sera présenté avec sous-titres français et la période de questions se déroulera en anglais.

#ArtMTL #FNC2016 Festival du nouveau cinéma de Montréal 2016: de découverte en découverte

Avec l’agonie du Festival des films du monde de Montréal, certains pourraient croire que le cinéma à Montréal est moribond. Non, bien au contraire, avec Festival du nouveau cinéma de Montréal @nouveaucinema, Fantasia, Festival international des Films sur l’Art de Montréal, etc., les festivités du cinéma battent son plein.

Sans ambiguïté, la force de ces festivals de films, c’est une organisation solide ainsi qu’une programmation étonnante qui forgent l’ADN de chacun.

Pour la 45e édition du FNC, c’est le plus vieux festival de film au Canada, ses programmateurs se sont levés de bonne heure du matin pour vous offrir les films et événements marquants de l’année.

Voici les 9 films à voir absolument pour cette édition:

NOTES ON BLINDNESS  @OnBlindness
Version originale anglaise
RÉALISÉ PAR PETE MIDDLETON , JAMES SPINNEY

ANGLETERRE | 90 MINUTES | 2016

Film poétique, inspiré du livre audio du professeur John Hull. Né en 1935 en Australie, John Hull est devenu un professeur de théologie réputé. Mais après avoir perdu la vue, il a aussi tenu dès 1983 un journal audio. Sur plus de trois ans, il a enregistré plus de 16 heures de sons, de réflexions et de mots pour l’aider à comprendre sa cécité. À partir de ce journal publié en 1990, Notes on Blindness développe une magnifique poésie visuelle pour mieux transmettre les sensations de ce monde au-delà de la vision.


ALIPATO: THE VERY BRIEF LIFE OF AN EMBER
Version originale Filipino Sous-titré en anglais
RÉALISÉ PAR KHAVN DE LA CRUZ @khavn

PHILIPPINES , ALLEMAGNE | 89 MINUTES | 2016

Mondomanila. Un gang de gamins va braquer la Banque centrale. Du poétisme néo-punk par l’enfant terrible d’un cinéma philippin qui bouscule tout.


MADEMOISELLE  @handmaidenmovie
Version originale coréenne: MADEMOISELLE Sous-titré en français
RÉALISÉ PAR PARK CHAN-WOOK

CORÉE DU SUD | 144 MINUTES | 2016

Une richissime recluse, une servante, un escroc: Park Chan-wook plonge en plein thriller érotique dans la Corée des années 30. Dans les années 30, alors que la Corée est sous domination japonaise, la jeune Sookee est engagée comme servante par Hideko. Riche, cette Japonaise vit recluse dans un immense manoir, sous la coupe d’un oncle tyrannique. Mais bien loin de se contenter de la servir, Sookee et son petit ami escroc ont aussi d’autres plans concernant Hideko.


PARK
Version originale grecque Sous-titré en anglais
RÉALISÉ PAR SOFIA EXARCHOU

GRÈCE, POLOGNE | 100 MINUTES | 2016

Le village olympique des Jeux d’Athènes 2004 devient le refuge d’un groupe de jeunes cherchant leur voie. Flânant dans les vestiges du village olympique des Jeux d’Athènes de 2004, un groupe de jeunes où figure une ancienne athlète, profite de l’été dans l’insouciance propre à leur âge. Illustrant en filigrane l’instabilité politique et les impacts des réformes économiques successives auxquelles est confrontée la Grèce depuis plusieurs années, ce film poignant s’éloigne de la morosité ambiante afin de capter la résilience d’une jeunesse face au futur incertain qui plane au-dessus de leurs têtes.


APNÉE
Version originale française Sous-titré en anglais
RÉALISÉ PAR JEAN-CHRISTOPHE MEURISSE

FRANCE | 89 MINUTES | 2016

Les célèbres Chiens de Navarre débarquent au cinéma. Une hilarante balade sauvage où la normalité va en prendre un sacré coup.

Ils sont une célèbre troupe française de théâtre. Dans cette première incursion au cinéma, ils dansent nus en patins à glace, rencontrent une autruche dans un supermarché et libèrent le Christ de sa croix. Ils veulent aussi se marier à trois, avoir des enfants sages et manger tous les jours des huîtres.


LES BEAUX JOURS D’ARANJUEZ
Version originale française Sous-titré en anglais
RÉALISÉ PAR WIM WENDERS

FRANCE, ALLEMAGNE | 97 MINUTES | 2016

Wim Wenders transpose la pièce de théâtre de Peter Handke dans un Paris 3D. Soledad, une jeune femme raconte ses premiers amours à son compagnon Kateb, fasciné et curieux. Puis, lentement, leur conversation prend une autre tournure.


BLIND CHANCE
Version originale polonaise: LE HASARD Sous-titré en anglais
RÉALISÉ PAR KRZYSZTOF KIESLOWSKI @kieslowski_film

POLOGNE | 83 MINUTES | 1987

Variation sur le thème de la destinée: trois dénouements différents pour un homme sur le point de rater son train. Découpé en trois volets, ce film surprenant, interdit de diffusion en Pologne pendant six ans, présente une nouvelle manière pour Kieslowski d’aborder la fiction par le biais d’un découpage narratif plus complexe.


JE ME TUE À LE DIRE
Version originale française: JE ME TUE À LE DIRE Sous-titré en anglais
RÉALISÉ PAR XAVIER SERON

BELGIQUE, FRANCE | 90 MINUTES | 2016

Un hypocondriaque phobique et obsessif doit prendre soin de sa mère mourante. Triste et pourtant si drôle… Bienvenue en Belgique!


STEALING ALICE
Version originale française: STEALING ALICE Sous-titré en français
RÉALISÉ PAR MARC SÉGUIN

QUÉBEC, CANADA | 90 MINUTES | 2016

Une première incursion au cinéma du peintre et auteur Marc Séguin, où se conjuguent vengeance, rage, amour et beauté. Marchande d’art, Alice est hantée par les tourments causés au peuple de sa mère inuite.


14563576_1131352240234499_5324869876043114799_n

#ArtMTL Une partie de Festival du film de fesses, ça vous dites ?

Connaissez-vous le @FFFEsses? Le Festival du Film de Fesses. Le premier festival du film de fesses en France est à sa 3e édition.

«Le Festival du Film de Fesses est l’unique événement français dédié au ciné́ma érotique ayant lieu dans la salle de cinéma. Reléguées pendant de longues années dans des circuits alternatifs, notre but est de montrer des œuvres sur grand écran, car elles révèlent des obsessions, nos obsessions, leurs obsessions, et une belle manière de voir le monde.»

Mardi 16 août, à 19h30, le festival est en visite au Centre Phi @phicentre pour la première fois avec une sélection de courts et moyens métrages érotiques :

  • La rivière sous la langue de Carmen Jaquier (Suisse, 2015, 18 minutes)
  • Family Business de Mud (Allemagne, 2016, 6 minutes)
  • Fanfreluches et idées noires de Alexis Langlois (France, 2015, 27 minutes)
  • Flowers and Bottoms de Christos Massalas (Grèce, 2016, 6 minutes)

10 films à voir à la 20e de Fantasia International Film Festival #FantasiaFest

Depuis sa fondation en 1996, le Festival international de films Fantasia @FantasiaFest est maintenant reconnu comme le plus grand et plus influent festival de sa catégorie en Amérique du Nord. C’est une référence majeure sur la scène internationale du cinéma de genre et l’un des évènements cinématographiques les plus courus au pays.

Continue reading “10 films à voir à la 20e de Fantasia International Film Festival #FantasiaFest”

La cool galerie Never Apart a 1 an et elle vous invite à son pool party!

Dimanche 26 juin, de 15h à 21h00, situé dans Mile-Ex, la galerie Never Aprt @neverapartmtl vous invite à festoyer son premier anniversaire.

Continue reading “La cool galerie Never Apart a 1 an et elle vous invite à son pool party!”

FNC2015, un festival de film, un esprit de la convivialité, de la fête, du plaisir du cinéma

« La mise en place d’un plan d’austérité par notre gouvernement provincial n’aura pas rendu facile la mise en place de cette 44e édition » : Nicolas Girard Deltruc, DG FNC.

La prémisse est lancée, mais grâce au travail acharné de toute l’équipe, le Festival du Nouveau Cinéma @nouveaucinema 2015 est aussi riche en échanges, en rencontre et en partage de la passion du 7e art.

Continue reading “FNC2015, un festival de film, un esprit de la convivialité, de la fête, du plaisir du cinéma”

#FantasiaFest #ArtMTL 10 films incontournables du Fantasia International Film Festival 2015

Du mardi 14 juillet au mardi 4 août, Fantasia internationale Film Festival @FantasiaFest, voici un festival qui coïncide toujours avec la canicule de Montréal. Justement, cela tombe bien. Vous pouvez vous réfugier de cette chaleur dans de nombreuses présentations de cette 19e édition.

Continue reading “#FantasiaFest #ArtMTL 10 films incontournables du Fantasia International Film Festival 2015”