#ArtMTL #BNLMTL2016 Événement international majeur en art contemporain, BNLMTL 2016, Le Grand Balcon

Du mercredi 19 octobre 2016 au dimanche 15 janvier 2017, Le Grand Balcon, édition 2016 de La Biennale de Montréal (BNLMTL 2016) @bnlmtl, fera de Montréal un rendez-vous international de l’art contemporain durant 75 jours avec 55 artistes et collectifs (dont 10 canadiens et 8 québécois), 35 nouvelles productions, 23 pays, 22 sites, 10 coproductions internationales et 4 publications.

Coproducteur de l’événement, le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) @macmtl demeure le centre névralgique de cette exposition multisite qui se déploiera également dans plusieurs lieux partenaires, tels que le Musée des beaux-arts de Montréal @mbamtl ; le Livart, nouvel espace culturel @lelivart1 ; la Société des arts technologiques [SAT] @SATmontreal ; La Chapelle Scènes Contemporaines @la_chapelle ; la Galerie de l’UQAM @GaleriedelUQAM; Dazibao @dazibaomtl ; OPTICA, un centre d’art contemporain ; le Manège militaire de Cathcart ; Studio 303 @Studio303 et La Station, centre intergénérationnel de l’Île des Sœurs.

Les publics de tous âges pourront y découvrir une sélection impressionnante d’œuvres et de médias – cinéma, opéra, vidéo, peinture, sculpture, photographie, installation, performance et divers nouveaux médias.

BNLMTL 2016 Le Grand Balcon témoigne d’une approche matérialiste et sensualiste, nous invitant à mettre en scène la recherche des plaisirs sensuels – à appeler le plaisir à jouer une fois de plus un rôle déterminant dans la vie quotidienne et la prise de décision politique. Misant sur le potentiel libérateur de l’art, Le Grand Balcon nous invite à réexaminer l’(im)possibilité d’une émancipation par le plaisir – et son urgence.

Les œuvres de 55 artistes et collectives de 23 pays seront présentées :

Haig Aivazian
Haig Aivazian

Haig Aivazian (Liban) ;

Njideka Akunyili Crosby
Njideka Akunyili Crosby

Njideka Akunyili Crosby (Nigéria / États-Unis) ;

Hüseyin Bahri Alptekin
Hüseyin Bahri Alptekin

Hüseyin Bahri Alptekin (Turquie) ;

Knut Åsdam
Knut Åsdam

Knut Åsdam (Norvège) ;

Eric Baudelaire
Eric Baudelaire

Eric Baudelaire (France) ;

Thomas Bayrle
Thomas Bayrle

Thomas Bayrle (Allemagne) ;

Nadia Belerique
Nadia Belerique

Nadia Belerique (Canada) ;

Valérie Blass
Valérie Blass

Valérie Blass (Canada) ;

Michael Blum
Michael Blum

Michael Blum (Israël / Allemagne / France / Canada) ;

Shannon Bool
Shannon Bool

Shannon Bool (Canada / Allemagne) ;

Dineo Seshee Bopape
Dineo Seshee Bopape

Dineo Seshee Bopape (Afrique du Sud) ;

Elaine Cameron-Weir
Elaine Cameron-Weir

Elaine Cameron-Weir (Canada / ÉtatsUnis) ;

Chris Curreri
Chris Curreri

Chris Curreri (Canada) ;

Moyra Davey
Moyra Davey

Moyra Davey (Canada / États-Unis) ;

Nicole Eisenman
Nicole Eisenman

Nicole Eisenman (États-Unis) ;

Em’kal Eyongakpa
Em’kal Eyongakpa

Em’kal Eyongakpa (Cameroun / Pays-Bas) ;

Geoffrey Farmer
Geoffrey Farmer

Geoffrey Farmer (Canada) ;

Isa Genzken
Isa Genzken

Isa Genzken (Allemagne) ;

Liao Guohe
Liao Guohe

Liao Guohe (Inde / Chine) ;

Lena Henke
Lena Henke

Lena Henke (Allemagne) ;

Judith Hopf
Judith Hopf

Judith Hopf (Allemagne) ;

Anne Imhof
Anne Imhof

Anne Imhof (Allemagne) ; IMPURE FICTION (Allemagne) ;

Luis Jacob
Luis Jacob

Luis Jacob (Pérou / Canada) ;

Myriam Jacob-Allard
Myriam Jacob-Allard

Myriam Jacob-Allard (Canada) ;

Brian Jungen
Brian Jungen

Brian Jungen (Canada) ;

Janice Kerbel
Janice Kerbel

Janice Kerbel (Canada / Royaume-Uni) ;

Hassan Khan
Hassan Khan

Hassan Khan (Égypte) ;

Meiro Koizumi
Meiro Koizumi

Meiro Koizumi (Japon) ;

David Lamelas
David Lamelas

David Lamelas (Argentine, ÉtatsUnis, Allemagne) ;

Zac Langdon-Pole
Zac Langdon-Pole

Zac Langdon-Pole (Nouvelle-Zélande / Allemagne) ; Tanya Lukin Linklater (États-Unis / Canada) ;

Kerry James Marshall
Kerry James Marshall

Kerry James Marshall (États-Unis) ;

Corey McCorkle
Corey McCorkle

Corey McCorkle (États-Unis) ;

Nathalie Melikian
Nathalie Melikian

Nathalie Melikian (Canada / Suède) ; Luzie Meyer (Allemagne) ;

Joe Namy
Joe Namy

Joe Namy (États-Unis / Liban) ;

Shahryar Nashat
Shahryar Nashat

Shahryar Nashat (Suisse / Allemagne) ;

Cady Noland
Cady Noland

Cady Noland (États-Unis) ;

Camille Norment
Camille Norment

Camille Norment (ÉtatsUnis / Norvège) ;

Celia Perrin Sidarous
Celia Perrin Sidarous

Celia Perrin Sidarous (Canada) ;

Jacob Wren
Jacob Wren

PME-ART / Jacob Wren (Canada) ;

Marina Rosenfeld
Marina Rosenfeld

Marina Rosenfeld (États-Unis) ;

Cameron Rowland
Cameron Rowland

Cameron Rowland (États-Unis) ;

Ben Schumacher
Ben Schumacher

Ben Schumacher (Canada / États-Unis) ;

Walter Scott
Walter Scott

Walter Scott (Canada) ;

Benjamin Seror
Benjamin Seror

Benjamin Seror (France / Belgique) ;

Frances Stark
Frances Stark

Frances Stark (ÉtatsUnis) ; Thirteen Black Cats (États-Unis) ;

Luke Willis Thompson
Luke Willis Thompson

Luke Willis Thompson (NouvelleZélande / Royaume-Uni) ;

David Gheron Tretiakoff
David Gheron Tretiakoff

David Gheron Tretiakoff (France / Belgique) ;

Luc Tuymans
Luc Tuymans

Luc Tuymans (Belgique) ; Ludwig Mies van der Rohe (Allemagne) ;

Haegue Yang
Haegue Yang

Haegue Yang (Allemagne / Corée du Sud) ;

Xu Zhen
Xu Zhen

Xu Zhen (Produced by MadeInCompany) (Chine).

Advertisements

#ArtMTL La Biennale de Montréal @BNLMTL #BNLMTL2014, une belle condensation de l’art contemporain international

Du mercredi 22 octobre au dimanche 4 janvier, l’édition 2014 de La Biennale de Montréal fera de Montréal un haut lieu de l’art contemporain.

Intitulée L’avenir (looking forward), BNLMTL 2014 s’annonce déjà comme un événement international d’art contemporain à ne pas manquer, en offrant une constellation d’événements qui gravitent autour d’une grande exposition : 150 œuvres, dont 25 inédites, de 50 artistes québécois, canadiens et internationaux dans 14 sites, une multiplicité de publications, de performances, de films, de discussions, de conférences et de différentes expériences divers.

Voici un aperçu des artistes de cette édition.

Eternity, 2014
Nicolas Baier

Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 05.02.15

01

Éternité est une sculpture dont la présence en impose. En effet, ce rideau sinueux en acier inoxydable au fini miroitant s’élève à plus de trois mètres, fait au-delà de sept mètres et demi de longueur et presque deux mètres d’épaisseur. Composé de nombreuses couches impeccablement empilées, l’extérieur exclut les traces d’imperfection que seraient les vis d’assemblage ou les articulations visibles entre les sections.
Ce mur de miroir – permanent, inattaquable – dissimule un message à la vue de tous : le mot Éternity écrit en cursive classique. Pourtant, comme l’œuvre ne peut pas être vue en plongée, la connaissance, voire la reconnaissance, de l’« éternité » nous est catégoriquement niée. Sur la surface réflexive mais impénétrable d’Éternity, Baier cherche à donner forme au mystère infini du monde et au vain désir de l’humanité de vouloir comprendre l’avenir.

 

TIME TO LET GO…, 2014
Babak Golkar
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

2_offsite_Golkar

Dans cette installation, Babak Golkar étudie le cri comme relâchement, geste et forme de contestation. En faisant passer l’acte de crier de la sphère privée à celle publique, l’artiste souligne combien « lâcher prise » (letting go) concerne la mise à nu de sa propre vulnérabilité. Ici, cette vulnérabilité s’exprime non seulement par le cri des participants dans des contenants en terre cuite, mais aussi par l’utilisation de ce médium fragile.
Si l’on s’entend en général pour dire que nous vivons à une époque où les conditions systémiques subjuguent les besoins humains élémentaires, il existe toujours la mémoire d’un temps où nous étions conscients des origines humaines de ces conditions. TIME TO LET GO… aborde directement comment les structures du pouvoir remanient la relation entre la subjectivité, une aliénation toujours croissante et la perte de la capacité d’agir. Avec cette œuvre, l’artiste pose les questions suivantes : Reste-t-il de la place pour une réflexion active ? Comment peut-on s’engager dans une critique affective ? Les systèmes sont-ils en train de nous faire taire ?

 

Return to noreturn 2, 2014
Dominique Gonzalez-Foerster
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

4_the-unilever-serddddies-dominique-gonzalez-foerster-th-2058-2008-in-the-turbine-hall-at-tate-modern_0

Pour Dominique Gonzalez-Foerster, l’avenir est déjà parmi nous, tel qu’elle l’invente dans le réel de ses films et de ses environnements où elle revoit ses œuvres par l’objectif d’événements se conjuguant au futur antérieur.
Return to Noreturn 2 (2014) s’inscrit dans la suite de TH.2058, son installation au Tate Modern (2008-2009), qui imaginait le Turbine Hall dans cinquante ans. Juste avant la fin de l’exposition, Gonzalez-Foerster a réalisé le film Noreturn, dans lequel des enfants survoltés, sans supervision, envahissent l’installation où ils finissent par s’endormir, épuisés, sur des lits.

 

Promised Land Template, 2014
Nicolas Grenier
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

02_NicolasGrenier_PLT_05_lookingin

Dans son travail, Nicolas Grenier explore la matérialisation, dans le cadre bâti, de systèmes d’interactions sociales aussi bien que de relations de pouvoir. Promised Land Template présente une structure semblable à un pavillon, à mi-chemin entre un bunker et un mausolée, qui abrite des peintures illustrant, dans une palette acidulée et un style moderniste tardif, des schémas d’approches rationalistes et déshumanisées de certains enjeux de société actuels. L’organisation rationalisée, proche du design graphique, de l’espace pictural nous confronte froidement à un point de vue technocrate sur le déplacement et l’immigration. En cela, l’œuvre donne de nouvelles significations au langage habituellement utilisé dans pareils contextes, signalant de la sorte la relation instable entre langage et forme. Cette utilisation du langage est en suspens entre un renvoi direct au sujet illustré et l’image évoquée par les mots écrits. Comme l’a dit l’artiste : « Comment la subtile agressivité d’un glacis orange vif sur un rose froid pourrait-elle parler du glissement de sens entre deux mots comme “intégration” et “assimilation” ? »

 

400 Nudes, 2014
Jillian Mayer
Musée d’art contemporain de Montréal, 22.10.14 – 04.01.15

jillian_mayer_400_nudes_6

Le projet de Jillian Mayer a vu le jour lorsqu’elle a choisi quatre cents égoportraits de femmes nues de tous les âges, formes et races dans le bassin des millions d’images accessibles sur internet. Elle a ensuite organisé des séances de photographie à Miami, où elle réside, pour les reprendre en modifiant numériquement les photos composites et en remplaçant réalistement les visages originaux par le sien.

En terminant, La Biennale de Montréal vous offre Le Passeport BNLMTL 2014 au prix dérisoire de 50 $. Ce Passeport vous donne un accès illimité à l’exposition et aux événements de BNLMTL 2104. Il inclut aussi MACarte, la carte de membre du Musée d’art contemporain de Montréal, qui donne un accès gratuit, pendant un an, aux expositions et aux événements au MAC.